Le rugby à 7 international revient après une absence d'un an avec deux tournois consécutifs qui vont se dérouler dans la capitale espagnole de Madrid pendant les deux derniers week-ends de février.

Six équipes masculines et six équipes féminines participeront aux tournois qui constitueront un temps de préparation essentiel pour les équipes qui se sont soit qualifiées pour les Jeux olympiques de Toyko, soit qui tentent toujours de s'y rendre par la voie du repêchage.

Cet événement de haute performance est organisé par la Federación Española de Rugby (FER) et soutenu par World Rugby dans le cadre d’un investissement de 4 millions de dollars US injecté dans les programmes à sept des fédérations olympiques qualifiés.

Quand et où ?

Les deux tournois se joueront à l'Universidad Complutense de Madrid, les 20/21 février puis les 27/28 février. Le terrain accueille régulièrement les équipes nationales masculines et féminines à XV d’Espagne et un tournoi annuel à sept.

QUELLES ÉQUIPES participent ?

12 équipes de huit pays différents sont représentées dans les tournois masculin et féminin.

Outre l’Espagne (pays d'accueil) et le Portugal (pays invité), le tournoi masculin accueillera les USA, déjà qualifiés pour Tokyo, l'Argentine, le Kenya et la France qui sont toujours en lice pour une place de qualification aux Jeux olympiques via le tournoi de repêchage.

Dans le tournoi féminin, on retrouvera les mêmes équipes des USA, de France et d'Afrique, ainsi que la Pologne, la Russie et bien sûr l’Espagne. Les USA et le Kenya se sont déjà qualifiés pour les JO, tandis que la Russie et la France doivent tenter leur chance au tournoi de repêchage.

QUEL EST LE FORMAT ?

Chaque équipe se rencontre une seule fois, ce qui représente un total de cinq matches de poule. Les deux meilleures équipes à la fin de la phase de poule se retrouveront pour la finale. Le reste du classement sera déterminé en fonction de matches de barrage pour savoir qui termine 3e, 4e, 5e et 6e.

Que doit-on attendre des rencontres ?

Avec un programme de matches qui verra s'affronter l'Espagne contre le Portugal, la France contre l'Espagne et les États-Unis contre la Russie, il n'y aura pas de temps mort à Madrid.

Cependant, le match que tout le monde attend sera celui opposant les hommes de Mike Friday à l'équipe du Kenya, une équipe qu'il a déjà entraîné par le passé. Kenya qui, d'ailleurs, est désormais dirigé par l'un de ses anciens joueurs, Innocent Simiyu. Le rythme de ce match devrait être de très haut niveau.

Quelles SONT LES ÉQUIPES À BATTRE ?

Chez les hommes : si on se réfère à la forme et aux résultats des deux dernières saisons, les États-Unis et la France seront parmi les favoris. La France s'est qualifiée pour deux finales de Cup pour la première fois en une seule saison en 2019 et a fini à la deuxième place de tournoi de Hamilton en 2020. Les États-Unis ont été la seule équipe à se qualifier pour chaque demi-finale de Cup de la saison 2019, de loin leur série la plus réussie au terme de laquelle ils ont fini deuxièmes alors qu'ils étaient septièmes au début de la saison.

Chez les femmes : un regard sur le classement du HSBC World Rugby Sevens Series 2020 indique que la France, les États-Unis et la Russie seront les favoris pour le tournoi féminin. Les équipes ont terminé respectivement quatrième, cinquième et sixième. Alors que seulement quatre points séparaient la France des USA, la Russie se retrouvait 26 points derrière. Mais avec des joueuses du calibre d'Alena Mikhaltsova, DHL Impact Player of the Series 2019, la Russie pourrait bien surprendre tout le monde.

Quelles sont les stars attendues ?

Toutes les équipes n’ont pas encore été officiellement annoncées, mais les États-Unis ont clairement exprimé leurs intentions avec une formation masculine et féminine dotée de ses joueurs-vedettes.

Lauren Doyle et Kristen Thomas ont plus de 50 participations à des tournois du World Series à elles deux, et le sprinter Perry Baker a marqué plus de 200 essais sur le circuit mondial.

Pendant ce temps, les Français se passeront de leur capitaine Jean-Pascal Barraque passé à XV, mais retrouveront avec plaisir le meneur de jeu Terry Bouhraoua.

Quant au Kenya, l'absence de Collins Injera, deuxième meilleur marqueur d'essais du HSBC World Rugby Sevens Series, sera remarquée, même si les Africains pourront toujours compter sur Willy Ambaka, Billy Odhiambo et Andrew Amonde.