L'international français Yoann Huget a annoncé dimanche 8 novembre 2020 vouloir mettre fin à sa carrière de joueur au terme de la saison 2021. Une décision mûrement réfléchie. « Faut être réaliste », a-t-il confié au Canal Rugby Club sur Canal +. « C'est dur pour l'ego de se dire qu'on ne peut plus. Il m'en reste pour finir la saison mais pas pour repartir une année de plus. »

C'est le sélectionneur Marc Lièvremont qui l'avait placé titulaire à l'aile contre l'Argentine de Contepomi à Montpellier le 20 novembre 2010 pour son premier test (victoire 15-9). Dix ans plus tard, quasiment jour pour jour, il a décidé d'arrêter là. Après 62 sélections (54 en tant que titulaire) dont 29 victoires et 32 défaites (un match nul). Yoann Huget aura marqué 14 essais dont ses deux premiers en un seul match contre l'Argentine lors de la tournée de juin 2012.

Avec une telle carrière, il est surprenant de noter qu'il n'a disputé que quatre rencontres en Coupe du Monde de Rugby alors que, potentiellement, il aurait pu largement disputer trois éditions.

Le rendez-vous manqué de 2011

Celle de 2011 est son premier rendez-vous manqué. Retenu par Lièvremont, il est finalement interdit d'y aller quelques jours avant le départ en Nouvelle-Zélande. Une sanction de l'Agence Française Anti Dopage pour avoir manqué à ses obligations de localisation.

Son ami et coéquipier Maxime Médard confiait à ce propos à l'été 2019 dans le Midi Olympique : « il ne s’était pas plaint. Il n’avait rien dit et s’était envoyé comme un âne pendant toute la préparation physique. Au dernier moment, on te dit que tu ne feras pas la Coupe du Monde. Après, je suis conscient qu’un règlement existe. Il n’y avait rien à faire ni à contester. Mais… Dire à un sportif de haut niveau, qui ne triche pas, qui travaille dur, et qui est sur le point de toucher ce à quoi il rêve depuis tout petit et quand on lui enlève tout même pas un mois avant le début de la compétition, je trouve ça très dur ».

Nouveau coup dur en 2015

Huget ronge son frein et rêve de disputer le tournoi mondial suivant qui se déroule en Angleterre en 2015. Le sélectionneur Philippe Saint-André le place titulaire pour le premier match de poule le 19 septembre contre l'Italie (victoire des Bleus 32-10).

Mais comble de malchance, Yoann Huget se blesse au genou droit (rupture des ligaments croisés) à la 55e minute. Son mondial est terminé et son forfait jette un froid dans le vestiaire. Saint-André rend un hommage appuyé à ce « joueur exemplaire dans son investissement, grand mec ».

Huget est tellement déçu qu'il avoue avoir pensé à ce moment-là à mettre un terme définitif à sa carrière. « C’est vraiment un rêve que j’avais envie de réaliser, ça fait deux fois en quatre ans que je passe à côté », confie-t-il alors à RTL. « On se dit "cinquante-cinq minutes de bonheur pour quatre ans de sacrifices"… »

Retour gagnant en 2019 au Japon

La troisième tentative sera la bonne. Yoann Huget est du voyage au Japon avec Jacques Brunel en sélectionneur en chef. Cette fois, plus aucun obstacle ne semble se mettre sur la route de sa première véritable Coupe du Monde de Rugby.

« On est dans les starting-blocks depuis début juillet. On attend », raconte-t-il à World Rugby au camp de base des Bleus à Fujiyoshida, quelques jours avant le premier match contre l'Argentine. « On a hâte que ça commence, ça devient un peu long en terme de préparation physique. Je n’appréhende pas cette compétition de manière différente. J’ai juste envie de prendre du plaisir, de profiter du moment. Pour le moment c’est long mais la compétition va passer extrêmement vite... »

Cette fois, il disputera trois matches : deux victoires en poule contre l'Argentine (21-23) puis contre les USA (33-9) où il marque un essai à la 5e minute, puis la défaite en quart de finale contre le Pays de Galles (19-20).

« Je suis content d’être allé au bout, même si elle s’arrête un peu trop tôt et sévèrement pour nous. On s’est envoyés. On avait de la cohésion et une ligne directrice pendant tout le match… Malgré ce carton (contre

Sébastien Vahaamahina, ndlr), malgré les points oubliés au pied avec deux poteaux », admet-il en zone mixte à l'issue du match.

A 33 ans, après avoir commencé puis terminé sa carrière à Toulouse, s'il a assez de jus pour finir la saison, il n'en a plus pour attendre trois années supplémentaires et la Coupe du Monde de Rugby à domicile.