• Pour la première fois, deux Coupes du Monde de Rugby masculines et féminines seront attribuées en même temps
  • Ce processus commun permet d’établir une direction stratégique pour l’accueil des tournois phares du rugby
  •  Le processus collaboratif vise à identifier et à développer des partenariats qui optimiseront les objectifs opérationnels, financiers et d'héritage pour les pays hôtes et World Rugby
  • Les candidatures conjointes seront autorisées, comme annoncé en octobre 2019
  • Cette approche souligne les objectifs prioritaires du plan de développement du rugby féminin de World Rugby
  • Cette annonce intervient après l’annonce des retombées économiques records de la Coupe du Monde de Rugby 2019 (4,3 milliards de livres sterling)
  • Le calendrier a été réactualisé en réponse à la pandémie mondiale de COVID-19
  • Un intérêt croissant pour l'organisation des tournois est à prévoir

Dans une démarche innovante, World Rugby va attribuer simultanément les droits d'accueil des deux prochaines Coupes du Monde de Rugby masculines et féminines.

La fédération internationale a dévoilé ce jour les détails du calendrier et des différentes phases pour déterminer les prochains hôtes des Coupes du Monde de Rugby féminines de 2025 et 2029 et des Coupes du Monde de Rugby masculines de 2027 et 2031.

Télécharger les interviews exclusives de Brett Gosper (World Rugby CEO) et Alan Gilpin (Directeur & COO de Rugby World Cup) >>

Pour la première fois, le rugby bénéficiera d'une feuille de route stratégique sur 10 ans apportant des garanties aux fédérations membres, aux partenaires commerciaux, aux diffuseurs et aux fans tout en offrant la possibilité de laisser un héritage tangible et durable, contribuant à la croissance du nombre de joueurs et fans.

Cette annonce intervient après la confirmation de l’impact économique de la Coupe du Monde de Rugby 2019 au Japon qui a généré 4,3 milliards de livres sterling (4,8 milliards d'euros) de retombées, devenant ainsi la Coupe du Monde de Rugby la plus impactante de l’histoire. L'édition 2019 a également enregistré des résultats records en matière de diffusion et d'engagement des fans, confirmant la place du Japon comme hôte d’événements majeurs.

Ce processus d’attribution souligne également l’objectif de World Rugby de positionner ses tournois majeurs féminins et masculins comme une opportunité à faible coût et fort retour sur investissement pour les pays hôtes en quête d’héritage tangible dans un contexte actuel d’optimisation des dépenses et d’impératifs de durabilité.

Considérant l'impact du COVID-19, un calendrier plus condensé que les processus précédents sera suivi. L’accent sera mis sur la collaboration pour élaborer des candidatures sur mesure permettant notamment d'optimiser les objectifs stratégiques des pays hôtes et du rugby mondial.

Cette collaboration sera au cœur du processus en trois phases qui sera lancé en février 2021 et qui culminera avec la sélection des quatre hôtes lors de la réunion annuelle du Conseil de World Rugby en mai 2022 comme détaillé ci-après :

  • Février 2021 – phase de dialogue : communication informelle et ouverte entre World Rugby et les fédérations, gouvernements et parties prenantes. Cela permet aux candidats potentiels de comprendre le modèle d’affaires et d’organisation, de savoir comment ils s'associeront à World Rugby et d’éventuellement préparer un solide dossier de candidature.
  • Mai 2021 – phase de candidature : début officiel du processus. Les candidats élaborent leurs propositions, avec l’apport de clarifications et l’accompagnement de World Rugby pour garantir le meilleur modèle possible. Cette phase se termine par le dépôt des dossiers de candidature, des accords et des garanties d’accueil en janvier 2022.
  • Février 2022 – phase d'évaluation : évaluation des candidatures par des experts spécialisés dans les domaines clés approuvés par le Conseil de World Rugby. Le rapport d'évaluation sera ensuite transmis au Conseil en prévision du vote au mois de mai 2022.

L'approche stratégique à long terme est également conçue pour optimiser le transfert de connaissances, les temps de préparation et les opportunités commerciales, à la fois pour les hôtes et World Rugby, tout en apportant aux fédérations nationales des garanties financières et sportives. Il est important de noter que le processus suit également les objectifs clés du Plan du Rugby Féminin 2017-2025 de World Rugby dont l'objectif est d'accélérer le développement de la pratique féminine le monde entier.

Afin d'accompagner les candidats, World Rugby est en train d'élaborer un rapport d’impact complet sur l’accueil de ses compétitions phares. Ce document apportera de précieux conseils pour convertir les opportunités liées à l’organisation d’une Coupe du Monde de Rugby et maximiser la pratique sportive, les retombées sociales, commerciales, économiques et diplomatiques ainsi que l’exposition offerte par l'accueil des plus grands tournois de rugby.
Le processus complet de sélection des hôtes comprendra des critères harmonisés, des points d'étape et une évaluation dont les renseignements complémentaires seront communiqués en temps voulu.

Cette annonce fait écho à l’approbation par le Conseil de World Rugby en octobre 2019 de la possibilité de recevoir des candidatures nationales conjointes et d'attribuer deux tournois en même temps afin de maximiser les opportunités stratégiques d’un sport en croissance. Le nouveau processus prend également en compte les conclusions du rapport relatif au processus de sélection de l'hôte de la Coupe du Monde de Rugby 2023 annoncé en mai 2018.

« La pandémie mondiale de COVID-19, bien qu'incroyablement difficile, nous a donné l'occasion de repartir sur de nouvelles bases et de regarder comment nous pouvions améliorer les choses en les faisant différemment. » a déclaré Sir Bill Beaumont, le président de World Rugby.

« Ce double processus d'attribution innovant reflète notre vision d'harmoniser davantage la sélection des hôtes de nos Coupes du Monde de Rugby féminines et masculines. Il apporte également aux futurs hôtes des garanties sur le long terme en ce qui concerne la préparation et le partenariat avec World Rugby, en valorisant l'héritage, le développement durable et les retombées.

« Il s'agit également d'un processus qui reconnaît la nécessité de s'adapter suite à la pandémie de COVID-19 et de proposer un partenariat encore plus solide avec les pays intéressés dans le développement de leurs modèles d'accueil. Ce processus d’attribution, ajouté au fait que le Japon 2019 a eu un impact économique record de 4,3 milliards de livres sterling pour le pays hôte, contribuera à maximiser l'intérêt pour accueillir nos plus grands tournois de rugby à XV féminins et masculins. »

La dernière Coupe du Monde de Rugby masculine en 2019 a enregistré une audience nationale historique pour la diffusion d'un match de rugby avec plus de 54 millions de téléspectateurs et une augmentation de la pratique de plus de 750 000 joueurs dans le pays hôte. De plus, une récente étude menée par Nielsen a confirmé qu'elle a considérablement renforcé le sentiment de fierté nationale.

Surtout, cette Coupe du Monde a permis d'unir une nation à travers le rugby, l'amitié et la fête, apportant des bénéfices importants en termes sociaux, économiques et sportifs. La Coupe du Monde de Rugby 2023 sera organisée par la France et les préparatifs sont en bonne voie pour un événement qui s'annonce spectaculaire à la fois pour les équipes et les supporters.

La dernière Coupe du Monde de Rugby féminine en Irlande en 2017 a également battu des records en termes de fréquentation, de diffusion et d'engagement sur les réseaux sociaux. L'édition 2021 en Nouvelle-Zélande promet de mettre la barre encore plus haut.