Après avoir sélectionné les sept joueurs qu'il s'attendait à voir briller aux JO de Tokyo en juillet 2021, Ben Ryan a reporté son attention sur les filles pour les mêmes raisons.

Ben Ryan a retenu deux médaillées d'or olympique de Rio – les Australiennes Ellia Green et Charlotte Caslick – mais aussi les sprinteuses de la Nouvelle-Zélande, Stacey Fluhler et Michaela Blyde (photo).

L'Amérique du Nord est également bien représentée avec Alev Kelter, transfuge réussie du hockey-sur-glace, et la meilleure marqueuse de tous les temps sur le HSBC World Rugby Women's Sevens Series, la Canadienne Ghislaine Landry.

Mais Ben Ryan a également jeté son dévolu sur la Fidjienne Luisa Tisolo qu'il avait déjà remarquée alors qu'il était en charge de l'équipe Hommes des Fidji.

Alev Kelter (USA)

Alev s'est très bien débrouillée lorsqu'elle a basculé dans le rugby. Elle est dure et c'est une joueuse de classe mondiale. Chaque fois qu'elle est sur le terrain, elle est celle que vous ciblez pour savoir ce qu'il va se passer ensuite parce qu'elle va faire un truc spécial. Les États-Unis sont de sérieux prétendants à la médaille - à la plus haute en plus - et elle sera là pour ça. C'est génial de voir des personnalités comme elle dans le rugby féminin.

Stacey Fluhler (Nouvelle-Zélande)

Stacey est l'une de ces joueuses qui marquent toujours des essais et ont le sourire. On voit qu'elle prend du plaisir à ce qu'elle fait et dans ce sens elle me rappelle Dan Norton jeune. Elle est super efficace sur le terrain, au large sur l'aile. La Nouvelle-Zélande sait se créer des opportunités et elle, avec Michaela Blyde, les concrétise brillamment.

Michaela Blyde (Nouvelle-Zélande)

Elle est une ailière exceptionnelle sur le World Series depuis les quatre ou cinq dernières années. Elle est très rapide, a une accélération impressionnante et a été membre de l'équipe qui a soulevé de très nombreuses coupes. Au moment des JO, elle sera sans doute au pic de sa forme.

Ellia Green (Australie)

Elle est puissante à l'aile et elle peut tout faire. Dans sa jeunesse elle était une sprinteuse de niveau international. Elle a également de très bons appuis et de la force. Je dirais même que c'est la joueuse de rugby à sept la plus puissante en ce moment et lorsqu'elle est en forme, l'Australie est en forme aussi. Quand elle a le ballon, on ne peut plus l'arrêter et on est sûr qu'elle va faire un truc incroyable.

Charlotte Caslick (Australie)

Je pense que c'était l'une des meilleures joueuses des derniers Jeux Olympiques. Brian O'Driscoll a été même jusqu'à dire qu'elle était l'une des meilleures joueuses de rugby au monde. Après Rio, elle était un peu l'idole du rugby australien. Comme sa coéquipière Ellia Green, elle a su se remettre de blessures et retrouver la forme. Elle a de superbes skills lorsqu'elle distribue le ballon, elle a un très bon jeu au pied, elle défend brillamment et transperce les défenses. Si l'Australie a la chance de passer devant la Nouvelle-Zélande, les USA et le Canada, Charlotte Caslick sera l'architecte de cette victoire.

Ghislaine Landry (Canada)

Tout comme son compatriote Nathan Hirayama, ça fait un moment qu'elle joue au 7. Elle est une compétitrice née et elle va toujours de l'avant. Elle n'est pas très grande, mais elle se jette à fond dans l'action, en attaque comme en défense, elle a une analyse très claire du rugby qui lui permet de tout de suite voir les opportunités dès qu'elles se présentent. Elle a souvent été décisive dans les deux dernières minutes d'un match sous haute pression du Canada. Si elle joue bien, le Canada peut avoir sa médaille.

Luisa Tisolo (Fidji)

Je pense que les JO sont venus un peu trop tôt pour les Fijiana à Rio. C'était un nouveau programme et on venait juste de les intégrer à notre programme avec les garçons. Elles ont perdu leur quart de finale contre la Grande-Bretagne. Quatre ans plus tard, certaines joueuses sont toujours là, dont Luisa. Elle tient la défense, démarre au quart de tour, casse les lignes et laisse les autres mordre la poussière. Elle a été brillante cette saison. Les Fijiana ont eu de belles victoires ces deux dernières années contre de grosses équipes et je ne pense pas qu'il y ait beaucoup d'équipes qui aimeraient tomber sur elles en quart de finale parce qu'elles seraient capables de gagner.

A LIRE AUSSI >>> 7 JOUEURS À SURVEILLER AUX JO, SELON BEN RYAN