Avec les Jeux Olympiques qui ne sont plus qu'à quelques mois, l'envie de revoir du rugby à 7 ne cesse de grandir. Et qui mieux que Ben Ryan pour nous mettre l'eau à la bouche ? Le comité international olympique (CIO) avait reconnu dans l'exploit des Fidji lors des Jeux Olympiques de Rio en 2016 la meilleure performance de l'année pour une équipe masculine. Jamais alors les Fidji n'avaient remporté la moindre médaille olympique, qui plus est une médaille d'or !

« Les Jeux Olympiques, c'est le plus grand rendez-vous sportif au monde et faire partie de cette famille a redonné au rugby de la crédibilité tout en s'ouvrant à de nouveaux territoires, de nouveaux supporters, de nouvelles opportunités commerciales et à d'autres sports », remarque Ben Ryan, coach des Fidji à cette époque et aujourd'hui consultant de France 7.

« On doit pouvoir continuer à construire sur ce succès pour les prochains cycles et cela passe par des Jeux d'exception, la réputation d'un sport propre et d'avoir des stars. On avait tout ça à Rio. »

Jerry Tuwai (Fidji)

Il est sans doute l'un des meilleurs joueurs de rugby de ces trois ou quatre dernières années. Avec son attaque fascinante et ses mains telles des pinces qui défendent sans relâche, il est incontournable ballon en main ou non. Son jeu de jambes est à la hauteur de celui de Waisale Serevi et William Ryder. Si Jerry joue bien, alors ça bénéficie au reste de l'équipe. Médaillé d'or à Rio, il a également été indispensable lorsque les Fidji ont remporté cinq fois de suite le Hongkong Sevens.

Maurice Longbottom (Australie)

Il est passé par la NRL et est l'un de ces facteurs X. Chaque fois qu'il a la balle, la magie se produit et, dans ses bons jours, il est le meilleur au monde. Il a une accélération phénoménale et peut briser la défense la plus serrée. C'est pour ça que l'Australie l'a enrôlé pour marquer et retourner un match à leur avantage. Ils l'ont fait travailler sur son fitness et il est maintenant capable de tenir un match et un tournoi sur la durée. Il leur a donné une nouvelle dimension.

Caleb Clarke (Nouvelle-Zélande)

Un joueur plein de puissance qui s'est déjà démarqué pour les Blues en Super Rugby. Ce n'est pas Lomu, mais il remplit la fonction, que ce soit au centre ou à l'aile. Je l'ai vu distancer quelques joueurs très rapides en Sevens. Mais il a aussi cette capacité à rentrer au contact de la défense adverse et de taper dur. Il est vraiment le modèle parfait si vous voulez savoir comment le sept peut améliorer le jeu d'un joueur. Je pense qu'il fera bientôt partie des All Blacks.

Nathan Hirayama (Canada)

Ça fait un moment qu'il joue et il est comme un Ben Gollings dans sa capacité de garder le contrôle d'un match et de marquer des points quand c'est important. Il est dans tous les bons coups du Canada. Si le Canada peut se qualifier pour les quarts de finale et si c'est le match d'une vie, alors il y a toutes les chances pour qu'il y ait une bonne surprise.

Perry Baker (USA)

Il faisait partie d'une équipe des États-Unis décevante à Rio en 2016 malgré tout ce qu'on attendait d'elle. Et je ne pense pas qu'ils vont refaire la même erreur deux fois de suite. Il est incroyablement rapide, mais il sait aussi distribuer le ballon à bon escient et voir les espaces ; c'est une menace constante. Il peut faire gagner un match par son jeu au pied aussi.

Selvyn Davids (Afrique du Sud)

Il est relativement nouveau sur la scène, mais il prend petit à petit la place de Cecil Afrika au centre du terrain pour apporter l'énergie dont a besoin l'Afrique du Sud. Il sait casser les lignes et mettre son équipe en avant. C'est un excellent bosseur. S'il continue comme ça, comme il l'a fait avant le confinement, alors il sera un des acteurs pour mettre la médaille d'or au cou de l'Afrique du Sud.

Santiago Mare (Argentine)

Un grand gaillard – 100 kg – et un superbe mélange entre Pacifique, Afrique du Sud et Kiwis. Il est très bon à la course, aux plaquages et peut jouer un rôle important au centre ou à l'avant s'ils ont besoin de lui. L'Argentine n'a pas eu de chance aux derniers Jeux Olympiques, mais je pense que si des types comme lui sont en forme pour Tokyo, alors on peut espérer une surprise de la part de l'Argentine.

A LIRE AUSSI >>> MONACO ACCUEILLERA LE TOURNOI DE REPÊCHAGE DE RUGBY À 7 POUR LES JEUX OLYMPIQUES DE TOKYO