C'est la bonne surprise de ce groupe France de rugby à 7 : le grand retour de Terry Bouhraoua sur le circuit mondial. Officiellement pour une seule tournée – sur les tournois de Hong Kong et de Singapour – officieusement pour commencer à envisager l'effectif pour la Coupe du Monde de Rugby à 7 ;

Revenu à l'entraînement avec France 7, Terry Bouhraoua, en manque de temps de jeu avec le Stade Français, confie à World Rugby les 7 raisons qui l'ont poussé à revenir sur le circuit.

  1. Reprendre du plaisir

« Je vais reprendre du plaisir et me changer les idées. J'ai eu peu d'occasions d'avoir du plaisir ces derniers temps et ça a développé chez moi une certaine frustration. Lorsque tu pars avec l'équipe de France à 7, tu sais que tu vas être servi. »

  1. Hong Kong, le meilleur tournoi du monde

« C'est toujours un privilège d'être retenu pour le Hong Kong Sevens quand on a vécu rugby à 7 au quotidien. Hong Kong, c'est Hong-Kong. Il n'y aura jamais aucun tournoi qui rivalisera. C'est la Mecque du rugby à 7. On ne va pas bouder ce privilège ! « 

  1. Retrouver une nouvelle cohésion de groupe

« Il y a une bonne cohésion dans le groupe, ça vie plutôt bien. Mais de mon point de vue, ça ne suffit pas. Il faut que cette équipe gagne. Je suis là depuis peu, donc je ne vais pas en dire plus. J'arrive sur la pointe des pieds, je regarde. »

  1. Performer

« Je veux performer. Ce qui m'intéresse, c'est d'aller toucher la performance sportive rugbystique au maximum. Quand on connaît le rugby à 7, on sait qu'on peut la trouver. »

  1. Aider la France à retrouver la gagne

« J'ai l'impression qu'on est toujours sur les mêmes problèmes, toujours dans une recherche de régularité. L'équipe de France de rugby à 7 est capable de gagner contre n'importe qui, mais aussi de perdre contre n'importe qui. Ce qui manque aujourd'hui à l'équipe de France, c'est d'enchaîner les victoires, c'est de gagner pour enfin travailler plus sereinement. »

  1. Assimiler de nouveaux repères

« Mon objectif est de faire en sorte que l'équipe de France de rugby à 7 gagne. Les repères ne sont plus les mêmes avec un nouveau coach (son entraîneur d'alors était Frédéric Pomarel pendant les six dernières années, ndlr). On essaie de les réapprendre, de les réassimiler. Si jamais on a des doutes, on fera ce qu'on faisait avant. Ce qui est plaisant avec Jéôome (Daret, l'entraîneur, ndlr), c'est le calme, la sérénité dans ses discours. Sa façon de communiquer est bonne. Il est assez ouvert, on discute, on échange. Il donne ses repères, et on les applique.

  1. Prendre sa revanche à la Coupe du Monde à San Francisco en juillet

« C'est un événement sportif important. Quand on a joué au rugby à 7 pendant sept ans, je pense qu'on peut prétendre vouloir en vivre une nouvelle. En 2013 à Moscou , j'ai été frustré d'avoir perdu en quart de finale sur un match qu'on avait maîtrisé de bout en bout. J'ai envie d'y retourner ; il y a toujours une revanche à prendre ! Quand on voit que les Gallois ont été champion du monde il y a quelques éditions de ça, ça montre que tout est possible. Comme pour les Jeux Olympiques : sur une compétition sèche, tout est possible. »