L'an dernier à la même époque, Josias Daoudou était sous le soleil et dans la moiteur de Dubaï. Parti sur le tournoi B avec les associations, il regardait avec envie le tournoi A et les performances de l'équipe de France qui avait réussi à se hisser à la 7e place, ex-aequo avec la Nouvelle-Zélande.

« C'était exceptionnel. C'était la première fois que j'étais sur un World Series en tant que spectateur et c'était incroyable. Tout le stade qui vit pour ça et on voit au niveau du jeu que tout était réglé », se souvient-il. Quelques mois plus tard, rebelote à Las Vegas. Cette fois, le staff de l'équipe de France regarde certains de ses matches et lui propose de les suivre jusqu'à Vancouver pour pallier aux diverses blessures.

"A l'image des Américains, ses qualités athlétiques lui valent d'être vite repéré pour jouer au rugby à 7, sa véritable passion."

Josias a un pied dans la place. Lui l'ancien athlète, adepte du sprint et du saut en hauteur. Passé par le centre de formation de Valence-Romans Drôme Rugby, il commence à XV sur le tard et évolue en Fédérale 1 pendant trois ans.

A l'image des Américains, ses qualités athlétiques lui valent d'être vite repéré pour jouer au rugby à 7, sa véritable passion.

L'épanouissement

« Après avoir fait les tournois avec France Développement, j'étais en contact avec les membres du staff. Le 7, c'est ce qui me plaisait et avec les associations, pouvoir accrocher une place en équipe de France, même si c'était très loin, c'était dans un coin de ma tête », admet-il.

« J'ai commencé avec France Développement l'été dernier sur la dernière étape du circuit européen à Gdynia, en Pologne. J'ai aussi fait tous les tournois du championnat de France et on a perdu en finale. Je suis venu faire les stages et après ils m'ont proposé un contrat. »

A l'approche du Dubai7s, Josias est plus que jamais motivé pour relever le défi. Il ne se défait pas de son sourire et sautille quand on lui parle. « Je m'épanouis beaucoup plus à 7 qu'à XV. Je m'éclate beaucoup plus, il y a plus d'espaces », dit-il. « Ca me convient carrément au niveau du jeu. Il y a beaucoup de choses nouvelles dans l'équipe, j'ai beaucoup de repères à prendre. Je pense que plus la saison va défiler, plus je pourrais m'épanouir. »

Présent sur l'Oktoberfest Sevens en Allemagne, il a été forfait pour le tournoi de préparation suivant à Elche. « En Allemagne, on a fait des matches plutôt aboutis », remarque-t-il. « Il y avait vraiment de belles équipes ; peut-être plus hétérogènes que sur le circuit mondial. On a joué l'Afrique du Sud et l'Australie qui gagne le tournoi. C'était un bon tournoi de préparation pour se jauger avant la saison. »

Idéal selon lui pour mieux appréhender la saison qui s'ouvre, d'autant que France 7 avait terminé à la 8e place du tournoi, soit précisément ce que le staff réclame à France 7 au minimum cette saison.