Le Tournoi des Six Nations féminin 2021 débute samedi 3 avril lorsque l'Écosse se rendra à Doncaster pour affronter l'Angleterre, tenante du titre. Un peu plus tard dans la journée, la France accueillera le Pays de Galles à Vannes, tandis que l'Irlande et l'Italie devront attendre la deuxième journée pour s’affronter.

Juste avant la première journée, coup de projecteur sur six joueuses qui pourraient bien ne pas passer inaperçues cette année encore.

Emily Scarratt (Angleterre)

Aucune joueuse n’a marqué plus de points pour l’Angleterre qu’Emily Scarratt et elle sera sans doute encore plus généreuse que jamais lors du Tournoi de cette année.

Avec Katy Daley-Mclean en retraite et la relative inexpérience des prétendantes à endosser la rigueur du maillot numéro 10, tout cela fait que l’entraîneur Simon Middleton mise énormément sur Emily Scarratt pour ce test et les suivants.

Scarratt a marqué en moyenne 11 points par match lors du Tournoi des Six Nations féminin 2021, avec deux essais et 21 transformations, soit un total de 34 points pour l’Angleterre. La centre a également cassé cinq plaquages et parcouru 376 mètres ballon en main.

Helena Rowland a joué aux côtés d’Emily Scarratt au Loughborough Lightning cette saison et a décrit la Joueuse World Rugby de l'Année 2019 comme étant quelqu’un doté d’une influence apaisante au milieu du terrain.

« Elle est très méthodique », dit de Scarratt Helena Rowland. « Ça vous donne tellement de confiance de savoir qu’elle est toujours en soutien derrière. »

Laure Sansus (France)

Après avoir joué quatre fois pour la France sur l’édition 2016, Laure Sansus a dû attendre près de quatre ans pour faire sa cinquième apparition sur le Tournoi.

Remise des blessures qui ont entravé son développement, elle a saisi l’occasion contre l’Angleterre en février dernier, marquant le seul essai de son équipe lors de la défaite 19-13.

La demie de mêlée a ensuite passé la ligne lors de la victoire 45-10 de la France contre l'Italie six jours plus tard et a suivi avec un doublé pour battre le Pays de Galles 50-0 le 23 février 2020.

L’influence de Laure Sansus sur Les Bleues a été telle que Pauline Bourdon a été replacée à l’ouverture pour lui faire de la place. « Elle a vécu beaucoup de choses dans sa vie », a confié la capitaine du XV de France féminin, Gaëlle Hermet.

« Elle est revenue de blessure et a montré qu'elle pouvait vraiment tout donner et y aller à fond. »

Beibhinn Parsons (Irlande)

Beibhinn Parsons était à 12 jours de son 17e anniversaire lorsqu'elle a fait ses débuts en test en tant que remplaçante contre les États-Unis en novembre 2018.

Deux sélections et un essai ont suivi dans le Six Nations féminin en 2019. Mais c'est lors du Tournoi de l'année dernière que l'ailière s'est vraiment fait remarquer sur la scène internationale.

Beibhinn Parsons n’avait que 18 ans et était encore à l’école lorsqu'elle a marqué un essai époustouflant dans chacune des victoires de l'Irlande face à l'Écosse puis face au Pays de Galles en février dernier.

Elle a déclaré forfait pour le match contre l'Angleterre lors de la troisième journée pour étudier en vue de ses examens, mais elle est revenue pour la victoire sur l'Italie en octobre et sera une arme d'attaque pour l'équipe d'Adam Griggs ce mois-ci.

Manuela Furlan (Italie)

Limitée à seulement deux sélections sur le Tournoi la saison dernière en raison d'une blessure à l'épaule gauche, Manuela Furlan est apte à diriger l'Italie dans le Six Nations féminin 2021.

L'arrière, qui se prépare à participer à son 13e Tournoi, possède une riche expérience internationale et a joué un rôle central dans la deuxième place obtenue par les Italiennes en 2019.

Manuela Furlan a apporté un soutien intelligent lors de l’action qui a mené à marquer un essai mémorable contre la France lors du dernier match du Six Nations féminin il y a deux ans.

Cet essai, le quatrième de l’après-midi pour l’Italie, a non seulement scellé une victoire 31-12, mais a aussi donné le point de bonus dont son équipe avait besoin pour passer devant les Bleues à la deuxième place du classement.

Bien qu’elle n’ait joué que 109 minutes lors du Tournoi de l’année dernière, Manuela Furlan compte 14 ballons portés et a parcouru 92 mètres. Elle ne manquera pas de montrer l'exemple tout au long de cette campagne.

Rachel Malcolm (Ecosse)

Internationale de hockey de la jeunesse écossaise, Rachel Malcolm a vécu une rapide ascension dans le rugby après avoir découvert le ballon ovale pour la première fois il y a six ans seulement.

Étant donné que ses frères, Donald et James, ont tous deux représenté leur pays dans les sections jeunes, il n'est peut-être pas surprenant que Rachel ait elle-même accompli tant de choses en si peu de temps.

Après avoir fait ses débuts en test lors d'un match de qualification pour la Coupe du Monde de Rugby 2017 contre l'Espagne, elle a pris le brassard de capitaine avant la saison 2019-20.

Rachel Malcolm a disputé presque 20 minutes des trois matchs de l’Écosse lors du Tournoi de l’année dernière, ce qui s’est avéré efficace des deux côtés du ballon. Elle a en effet compté 36 ballons portés en attaque tout en effectuant 41 plaquages en défense, un 100%.

A l'aise en troisième-ligne, la joueuse de Loughborough Lightning sera particulièrement importante pour l'Écosse lors d'un Tournoi dans lequel l’équipe devra faire sans l’apport de Jade Konkel.

« Personnellement, je ne ressens que du positif avant le Tournoi, d’autant que nous avons reçu un immense soutien de notre fédération, ce qui est superbe », a-t-elle déclaré.

Jasmine Joyce (Pays de Galles)

Ceux qui ont suivi cette saison-ci du Premier 15s sauront de quoi on parle lorsqu’on évoque la menace offensive que représente l’ailière du Pays de Galles, Jasmine Joyce.

Elle a été étincelante dans une campagne par ailleurs frustrante des Bristol Bears, faisant preuve d’une dynamique exceptionnelle pour marquer 12 essais – dont un triplé contre Exeter Chiefs en janvier.

Membre de la Team GB qui a terminé quatrième à Rio en 2016, Joyce a également représenté le Pays de Galles sur le HSBC World Rugby Sevens Series et aux Jeux du Commonwealth 2018.

Ses débuts sur le Six Nations féminin ont eu lieu lors d'une courte défaite contre l'Écosse en février 2017 et son seul essai marqué dans le Tournoi à ce jour a scellé une victoire de 24-5 contre l'Irlande deux ans plus tard.

Jasmine Joyce, qui a parcouru 104 mètres ballon en main en seulement 147 minutes sur le terrain lors du Tournoi 2020, devrait encore briller au cours des trois prochaines semaines.

« Elle est en feu en ce moment », a assuré la capitaine du Pays de Galles, Siwan Lillicrap. « Elle a été en feu toute la saison en fait et elle vient juste de trouver sa vitesse de croisière. C’est une finisseuse hors pair. »

LIRE AUSSI >>> TOUT CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR LE TOURNOI DES SIX NATIONS FEMININ 2021