Les préparatifs pour le HSBC World Rugby Seven Series 2021 avancent bien depuis la confirmation que la saison débutera avec deux tournois féminins consécutifs à Marcoussis au mois de mai.

Ces deux rendez-vous seront les premiers du World Series depuis 14 mois et offriront une préparation inestimable sur la route des Jeux Olympiques.

Une fois les médailles remises à Tokyo, tous les regards se tourneront vers Singapour, qui devrait normalement accueillir le début du World Series masculin en octobre.

En prévision de la saison 2021, nous avons retenu quelques éléments qui pourraient bien marquer ces prochains mois.

Qui va pouvoir arrêter la Nouvelle-Zélande ?

La Nouvelle-Zélande a été couronnée championne du HSBC World Rugby Sevens Series à la fois chez les hommes et chez les femmes en 2020. C'est la troisième fois que ça arrivait et la première depuis 2014.

À l'approche de la nouvelle saison, les All Blacks Sevens n'ont perdu que deux fois en 27 matchs tandis que les Black Ferns Sevens sont sur une série de 19 victoires consécutives. Nous saurons en mai si l’Australie, le Canada ou la France peuvent faire aussi bien que les Black Ferns Sevens.

Les huit titres du World Series féminin jusqu'à aujourd'hui ont été partagés entre la Nouvelle-Zélande (six) et l'Australie (deux). Ces deux équipes seront à Marcoussis et les Australiennes auront besoin de marquer 31 essais pour devenir la deuxième équipe, après les Black Ferns Sevens, à marquer 1 000 points sur le circuit mondial.

Les États-Unis, quant à eux, pourraient devenir la quatrième équipe féminine à atteindre 5 000 points si les Women's Eagles parviennent à marquer encore 442 points cette saison.

Nous devrions observer les équipes masculines en action à Tokyo avant le début du World Series. Sans nul doute, les Fidji et l’Afrique du Sud seront les favoris. Les Samoa sont la seule équipe masculine, en dehors des « trois grands », à avoir remporté un titre du circuit mondial, en 2009-10.

Les Fidji ont besoin de 40 essais pour devenir la deuxième équipe, après les All Blacks Sevens, à passer la barre des 4 500 essais marqués sur le World Series. Ces deux équipes se rapprochent également de la barre des 30 000 points inscrits sur le circuit mondial.

Les prochaines étapes des stars néo-zélandaises

En janvier, Tim Mikkelson et Portia Woodman ont signé un contrat pro pour intégrer les All Blacks Sevens pour l'un et les Black Ferns Sevens pour l'autre pour 2021. Et tous les deux devraient franchir cette année des paliers importants.

En ce début de saison, Portia Woodman sera sur le point de devenir la première joueuse à marquer 200 essais sur le World Series. Joueuse de Rugby à 7 de la Décennie, en association avec HSBC, Portia n’a besoin plus que de cinq essais pour arriver à 200 au total de sa carrière et ainsi devenir la troisième joueuse de l’histoire à atteindre les 1 000 points.

Tim Mikkelson, quant à lui, entame la campagne 2021 avec 235 essais dans toute sa carrière. Si le joueur de 34 ans devait égaler son total de 15 essais inscrits en 2020, il deviendrait alors le troisième joueur à marquer 250 essais sur le circuit mondial, après Dan Norton et Collins Injera.

Les Canadiens pourront-ils aussi franchir un palier ?

Le Canada peut prétendre compter dans ses rangs la meilleure marqueuse de tous les temps sur le World Series féminin avec Ghislaine Landry, mais aussi le meilleur marqueur de tous les temps encore en activité avec Nathan Hirayama.

Nathan Hirayama a besoin de marquer 141 points pour devenir le troisième joueur de l'histoire à marquer 2 000 points sur le World Series, rejoignant Ben Gollings et Tomasi Cama dans un club très fermé. Pur coïncidence, c'est d'ailleurs le nombre exact de points que Nathan a marqué lors du World Series 2020 qui s'est terminé de manière prématurée.

Ghislaine Landry est la meilleure marqueuse de points de tous les temps sur le circuit mondial et n'est plus tellement loin d'un doublé unique. La capitaine canadienne n'est en effet plus qu'à 7 essais des 150 et a besoin de 144 points pour atteindre les 1 500 points. Si elle réussissait les deux - Ghislaine a marqué 16 essais et 170 points en 2020 - elle deviendrait la première joueuse à marquer 150 essais et 1 500 points.

Jordan Conroy et Stacey Fluhler seront-ils autant en forme ?

L'Irlandais Jordan Conroy a connu une saison époustouflante en 2020, marquant 30 essais en 28 matchs du World Series - dont un record de cinq en un seul match, contre l'Écosse à Dubaï - pour gagner une place dans la HSBC Dream Team masculine.

Il a également terminé deuxième du DHL Performance Tracker avec 224 points, derrière le Français Tavite Veredamu (229). L’Irlande espère que sa vista ne l’a pas abandonné au cours des 12 derniers mois pour espérer faire mieux que sa 10e place l'an passé.

Le titre 2020 des Black Ferns Sevens a été obtenu en grande partie grâce au rythme et à la capacité de finition de Stacey Fluhler, qui a été sélectionnée dans la HSBC Dream Team féminine et nommée parmi les Women’s DHL Impact Player.

Stacey Fluhler a marqué 31 essais en 28 sélections. Elle a également terminé avec 37 points d'avance sur son challenger la plus proche, l'Australienne Emma Tonegato, dans le DHL Performance Tracker, qui analyse les performances globales individuelles des joueuses et des joueurs en fonction de quatre critères : les offloads, les ballons portés, les franchissements et les plaquages.

Elle voudra sûrement ajouter d'autres essais aux 48 premiers de sa carrière lorsque le World Series reprendra à Marcoussis au mois de mai.

LIRE AUSSI >>> LES CANADIENS SE PRÉPARENT POUR LEURS DÉBUTS OLYMPIQUES